Pour ou contre le charme des hôtels IBIS ?

Publié le par Guillaume Gamain



Plantons le décor. Réunion client à 8 heures du matin à Strasbourg. Oui je sais, cela parait inimaginable. Départ de Paris la veille à 20h24 en TGV. Arrivée à Strasbourg à 22H43. Jusque-là tout va bien. D'autant que l'agence de voyage a réservé des chambres au charme bien pratique à l'hôtel IBIS du coin. 15 ans de taf, une soirée loin de sa jolie femme et des mômes chéris pour finir dans une cellule au décor recherché. Où ont ils trouvé cette lampe de chevet bleue ? Le siège offrant une assise confortable devant le bureau a dû être volée dans une prison voisine. Oh le joli bouquet de fleurs qui égaie le rideau. Je regrette de ne pas pouvoir admirer à sa juste valeur l'oeuvre accrochée au mur. Etc... Visitez vous-même en regardant la photo ci-dessus.
Je l'avoue : j'ai refusé catégoriquement d'y mettre un pied. Cette chambre représente un trop gros risque de dépression suivie d'une pendaison dans la salle de douche, et donc une absence à la réunion de 8 heures qui peut faire gagner de l'argent à l'agence qui m'emploie.
J'aimerais comprendre comment un hôtel peut proposer de telles chambres ? D'autant que le prix n'est pas aussi bas de gamme que la déco, et qu'en deux minutes, vous trouvez au même tarif un hôtel trois étoiles digne de ce nom. En l'occurrence, l'hôtel Hannong (voir image ci-dessous).
Pour finir, il serait bien que les agences de voyage fassent leur boulot et aient donc la capacité à ne pas répondre bêtement à des demandes, mais offrent un minimum d'originalité et d'élégance dans leurs propositions.



Publié dans qq mots

Commenter cet article

cucuj't'encule 05/04/2009 00:10

ton texte est encore plus nul, petit bourgeois de merde

Ibis Guy 03/11/2008 21:11

Point de vue intéressant... L'inverse est entendable.
Quid d'être dans une chambre de charme pour l'être sans sa jolie femme ?
Quid de visiter la baie d'Hanong en compagnie de collègues ronchons et aigris ?
Quid du confort ouaté qui nuit parfois au coté incisif des présentations matinales ?
Quid du matelas épais, qui rend les réveils plus difficiles ?
Quid du bar accueillant qui rend probable un endormissement tardif et éthyliquement avancé ?
Quid en seulement 15 ans, de s'être laissé ébloui par les chimères de l'établi et du confort....