Le Père Noël n'aime pas les enfants.

Publié le par Guillaume Gamain


Les fêtes de Noël approchent à grands pas de rennes et apportent avec elles ses hottes de jolies emmerdes, de délicieuses engueulades et bouderies scintillantes dans nos vies calmes et bien-pensantes.


Il a été défini un jour qu'elles s'étalaient du 24 décembre au soir jusqu'au 25 décembre fin de journée, en référence à la date de naissance hypothétique du petit Jésus. La société chrétienne a fait de cette célébration un rendez-vous incontournable de la sacro-sainte Grande Réunion Familiale autour du foie gras, du chapon et des cadeaux. Et le Père Noël, personnage incontournable de cette période, s'est lui aussi calé sur ses dates.


Je ne peux que constater que Noël est tout bonnement mal organisée. Si l'idée principale de cette célébration est de réunir sous le même toit d'étable et au milieu d'étrennes, les brebis, les moutons, les porcs et les bambins de chaque famille, cette fête doit être repenser.

Prenons un schéma familiale contemporain classique : Une famille recomposée. La femme est très belle, même si cela n'a rien à voir avec le sujet, et a un enfant d'un premier mariage. Son ex vit à l'étranger, très loin. La garde se partage d'un commun accord entre les périodes scolaires avec la maman et les vacances avec le papa. Son compagnon a deux enfants de deux mamans différentes. Les gardes s'organisent tant bien que mal sur un principe de deux week-end sur trois et le mercredi avec le papa afin que les enfants grandissent ensemble ; les périodes de vacances se partagent selon les dispo des parents. Rien d'extraordinaire jusque-là. La routine.
Ajoutons à cela, le fait que ce couple a encore presque tous ses parents qui sont eux-mêmes très modernes puisque tous divorcés.


Franchement, comment est-il possible de réunir tout le monde dans un laps de temps si court ? Comment profiter des yeux étincellants de tout les enfants ensemble devant leurs cadeaux, des sourires décorés de foie gras des grands-parents ? Comment célébrer comme il se doit la Noël dans ses conditions passéistes ?


Si le Père Noël avait un coeur et qu'il aimait les enfants, il bosserait plus souvent dans l'année au lieu de se la couler douce 363 jours par an. Bien sûr, il continuerait à ramoner les cheminées fin décembre pour ne pas vexer Jésus, mais il pourrait aussi venir plusieurs fois par an afin que les familles puissent s'organiser en fonction des gardes. Ainsi la grand-mère ne seraient pas vexée de l'absence de son fils ou de sa fille le 24 décembre puisque leur Noël serait le 12 mars. Ainsi tous les enfants ouvriraient ensemble leurs cadeaux un samedi soir de garde. Ainsi tout le monde serait heureux à différentes dates dans l'année. Evidemment pour arriver à cela, il faudrait que le Père Noël se bouge les fesses un peu plus, ou sinon il suffirait de le virer et d'en engager un autre plus jeune et motivé.

Publié dans actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gab 02/12/2008 12:40

Tu peux devenir juif. Le 24 et le 25 décembre, c'est un grand moment de plaisir et de calme. Tu peux même aller au cinéma, y a personne.