La police fait son boulot.

Publié le par Guillaume Gamain



Qui a dit que la police ne faisait pas son travail ?
Que les brigadiers Rémi et Stéph se prennent trop souvent pour les lieutenants Starsky et Hutch ?
Que les pauvres compensent une enfance de railleries et une adolescence boutonneuse en portant au ceinturon un fantasmatique phallus métallique toujours prêt à tirer son coup ?
Qu’une scolarité médiocre les a entraînés dans les méandres de la petite vengeance de petits chefs qui infligent sermons et mauvaises notes (les pv) aux premiers venus ?

C’est en colportant de tels ragots que l’image de la police est dégradée et, à terme, finira en tristes confettis de couleur bleu foncé.

Cette dernière (on a envie d’écrire « cette première ») par l’article 59 du règlement général de police appliqué au service navigation, a su faire régner la loi dans la ville, Montargis en l’occurence. Monsieur Eastwood en serait jaloux.
Effectivement, depuis l’interdiction de divagation des chiens, celle qu’on appelle la Venise du Gâtinais vit aux doux son et rythme des cours d’eau qui la traversent.
 
Finis donc les aboiements sans queue, ni tête.
Finis les concours de grandes gueules avec pour thème unique «  Qui a la plus longue ? »
Finis les racontars grossiers de chiens qui lèvent la patte sur leur fiancée et les font passer pour ce qu’elle ne sont pas, des chiennes.
Finies les errances qui terminent en gamelle dans le caniveau.
Finies les grandes parties de « cul est qui ? » pendant les lesquelles les chiens sentaient l’arrière-train de leurs voisins sous les regards médusés des humains.

Alors à la question : Mais que fait la police ? Je réponds : elle travaille mesdames et messieurs, elle travaille.  Et à Montargis pour commencer, elle maintient l’ordre… canin.

Vos exemples grandiloquents sont les bienvenus.


Publié dans actu

Commenter cet article