L'entreprise : un monde où il fait bon vivre.

Publié le par Guillaume Gamain



Quel bonheur la vie en entreprise !

De 9 heures jusqu'à 19 heures, du lundi au vendredi, vous côtoyez des gens qui vous respectent encore un peu parce qu'ils ne vous ont jamais surpris dans des situations de désoeuvrement, symptomatiques de la vie privée.
Quelques exemples :
- sentir vos chaussettes pour savoir si vous pouvez les remettre.
- nu(e) et assis(e) sur la cuvette des toilettes, porte ouverte bien sûr.
- en pleine séance d'épilation intime dans la baignoire qui glisse.
- etc...

Bien sûr, en entreprise, il y a toujours un chef pour vous donner un ordre de manière trop autoritaire, mais rien à voir avec les "Mets pas tes chaussures sur la table basse à ma mère. Tu crois que, elle, elle s'essuierait les bottes sur ton chandaille ?" ou "Va te laver les dents avant de m'embrasser. On dirait que tu as un rat mort dans la bouche."

En entreprise, quand vous proposez de vous mettre au boulot, on ne vous répond pas "Non, pas ce soir, j'ai mal à la tête et au ventre aussi, et je viens de me faire une entorse, et je suis indisposée ces jours-ci, et le film de ce soir m'a traumatisée, on n'aurait pas dû regarder la guerre du feu, et je me lève tôt demain, et je suis tracassée en ce moment, ce doit être la lune, mais, tu sais, j'ai envie de toi quand même. Tu dors ?"..."Oui"
En entreprise, on félicite votre désir d'action. On vous dit oui.

En entreprise, on rit. On fait des blagues. Les gens sont drôles. Ils sont divertissants. Ils ne ronchonnent pas parce qu'il faut encore faire à dîner, étendre le linge, passer l'aspirateur, changer la litière, mettre les mômes au lit, ah merde, pardon, les mettre au lit après avoir fini leurs devoirs baclés, et le tout avant que Docteur House commence.
Les gens en entreprise ronchonneront ce soir parce qu'ils devront faire tout ça, mais en attendant et pour oublier leur vie privée de joie, ils rient et font des calembours dans leur vie professionnelle.

Vous ne me croyez pas ? Regardez la photo ci-dessus. C'est tellement frais. Deux motos de collaborateurs ont été entièrement emballées avec du papier toilette.

Si c'est pas potache ça !

Imaginez donc la surprise des victimes en découvrant la blagounette le soir venu, puis le temps perdu à libérer leur véhicule, et donc le retour plus tardif que d'habitude à la maison, et donc l'engueulade de madame qui se demande bien ce que faisait monsieur pendant tout ce temps. Au bistrot ? Ou pire ?

Une situation bien caucasse me direz-vous. Et elle a eu lieu dans la société, Dufresne-Corrigan-Scarlett, agence de publicité.

Le plus drolatique est que l'identité des auteurs de cette blagounette est restée secrète pendant un mois, avant qu'eux-mêmes (elles-mêmes en l'occurrence) avouent hilares les faits.
Bien entendu, durant tout ce temps, quelqu'un d'autre fut accusé à tort. Je me permets d'en parler puisque ce quelqu'un d'autre, c'était moi. Il parait que j'étais le coupable idéal, le genre à faire ce genre de gag foireux. Ah bon ????

Quel bonheur la vie en entreprise ! Et en plus on est payé pour ça. Vivement que cela dure jusqu'à 67 ans !


Ps : les noms des auteurs de ce calembour peuvent être communiqués sur demande.


Publié dans actu

Commenter cet article

La Gazelle 17/06/2009 10:52

Encore désolée hein qu'ils t'ai suspecté, gnark gnark, ils en étaient même convaincus mais ils faut dire que l'on a tout fait pour qu'il en soit ainsi...
Voici un des mails que nous leur avions envoyé, et tu pourras constater par toi-même, je pense, que tu aurais effectivement pu l'écrire, comme faire cette blagounette, qui n'est pas un gag foireux comme tu le dis, c'est la jalousie peut-être qui te faire dire ça...gnark !
Voici un des mails donc :
"Nous nous délectons face à vos investigations avec toutefois
un soupçon de déception dû à votre manque de perspicacité...
Néanmoins, flattés de vos éloges à l'égard de nos momifications respectueuses.
Amicalement,
Momiemotorbike."

Tu aurais dû voir leurs têtes quand ils nous ont enfin découvertes au resto vendredi midi ! Excellent !
François et Nico : On vous aime !!!