Que faire de son enfant s’il est con ?

Publié le par Guillaume Gamain


Une colonie de vacances en Chine vous propose pour la modique somme de 880 euros de, petit un, vous soulager de votre progéniture pendant quelques jours réparateurs pour vous et votre couple désexué, petit deux, de distraire vos bambins qui  se feront de nouveaux amis et surtout, petit trois, de déterminer l’avenir des enfants à l'aide de tests ADN, de détecter les futurs génies ou pas... (Article à lire sur 20mn.fr http://www.20minutes.fr/article/340983/Monde-Des-tests-genetiques-pour-detecter-les-futurs-genies.php?xtor=AL-82)

En quelques tests à partir d'un prélèvement de salive, vous saurez tout sur le potentiel de réussite physique et intellectuel de votre gamin. Sera-t-il digne d’être la chair de votre chair ?
Grâce à ce petit séjour, vous serez rassuré sur le futur de votre héritier. Ou pas.

Et là se pose une question : Que faire une fois qu’on sait ?

SI vous apprenez qu’il fera des hautes études et qu’il aura par la suite un métier très rémunérateur, vous pourrez commencer fièrement à économiser pour financer son cycle supérieur ou le mettre très tôt aux petits boulots pour qu’il participe à ces dépenses faramineuses ce futur petit merdeux prétentieux.

En revanche, si vous apprenez  que votre enfant chéri ne sera jamais un Grand Homme, qu’il est idiot, con comme la lune, comment allez-vous réagir ?

Allez-vous continuer à l’aimer ? Comme si de rien n’était ? Comme si vous ne saviez pas ?
Cela paraît peu crédible. Et le regard des autres alors, on en fait quoi ? Votre voisine Martine qui soufflera à l’oreille de son mari Rémi : « Tu as vu, c’est lui, c’est Martin le crétin ! »



Au mieux, votre enfant est très beau. La finesse de ses traits, ses yeux en amande et sa chevelure soyeuse vous font oublier sa sottise. Vous l’aimez parce qu’il est beau. C’est tout. Mais, c’est déjà un joli geste que vous faites pour lui. Espérons qu’il en a conscience ce couillon. De plus, il existe de bons métiers pour les beaux cons et belles connes.

Au pire, votre enfant est laid, moche, beurk, commun, borgne, insipide, disproportionné, cul-de-jatte et… en plus il est con.

Vous n’allez quand même pas le garder ! Le loger, Le nourrir, le blanchir ? Pour quoi ? A quoi ça sert ? Où est la récompense, l’autosatisfaction parentale, les fameux « C’est le mien !!!!!! » ou « C’est mon portrait craché cette merveille !!! » ?

N’ayez pas honte si vous décidez de l’abandonner la larme à l’œil sur les marches humides d’une église. C’est la génétique qui vous a dit de le faire.
Par contre, allez-y très tôt. Il y a de fortes chances que vous ne soyez pas seuls.

Raph et Côme, je vous aime et, promis, vous n’irez jamais en colo.

Publié dans actu

Commenter cet article