"L'utilitarisme" de John Stuart Mill est vraiment très utile.

Publié le par Guillaume Gamain

image-3-0621.JPG

Vous avez lu des romans de gare, des pavés révolutionnaires, des bouquins à l'eau de rose mais connaissiez-vous les essais de train ?

L'essai de train est un livre intelligent. Très intelligent. Trop même. Et c est là que réside sa pertinence.


J'ai testé pour vous "L'utilitarisme" de John Stuart Mill, l'essai de train numéro 25 édité par Le Monde et Flammarion. Sur le
site, ils appellent cela "Les livres qui ont changé le monde", un peu prétentieux mais bon…


J'utilise le verbe tester et pas le verbe lire parce qu'on ne lit jamais vraiment un essai de gare.Tout du moins jamais en entier.

 

On l'ouvre. On parcourt les premières lignes et l'effet se fait sentir très vite. On ne comprend rien au contenu. On se sent con. Ça nous fatigue de se sentir aussi con, pas capable de comprendre une phrase entière. Une phrase avec un sujet, huit verbes, vingt cinq compléments d’objet, de lieu, de temps et autant de compléments de compléments.

 

Ça nous fatigue tellement qu'on ferme les yeux pour ne pas voir notre ignorance nous sauter au visage. On ferme les yeux et on s'endort. Le voyage passe alors plus vite. L’essai de train, à défaut de nourrir notre culture, nous a fait rêver.

 

PS : Pour les trop lettrés toujours désireux d'en savoir plus, voici un résumé en huit mots de la notion d'utilitarisme selon John Stuart Mill : Mieux vaut être Socrate, plutôt qu'un imbécile.

Ce n'est pas un imbécile ce John.

Publié dans actu

Commenter cet article

cozette 24/03/2010 17:51


Très drôle ! je regarderai à la gare car je prends le train demain. Tu devaris lancer une collection qui s'intitulerait "résumé des livres intelligents".