Ma femme s'appelle Médor.

Publié le par Guillaume Gamain


Ce matin, devant mon café et les croissants dégueulasses de la boulangerie pour riches, Béchu, au croisement de la rue de la Pompe à fric (comme par hasard !!!) et de la rue Victor Hugo, Paris 16, j'ouvrais facebook et découvrais une publicité qui attira mon attention.

Pour seulement 14,99 euros, vous pouvez offrir un bijou fantaisie et utile : Le collier anti-aboiements. "Magnifique invention ! " me dis-je secrètement.

Finis les aboiements, parce que soi-disant j'ai mal fait la vaisselle ou que j'ai fait rétrécir le fameux petit pull introuvable en France. Oui, je sais, c'est surprenant de se faire aboyer dessus pour ce genre de choses.

Finis les grognements dont, la plupart du temps, je ne suis même pas la cause, mais que je dois accepter parce que c'est ainsi. Et si je me permet de réagir, ce sera pire.

"Quelle belle idée que ce collier. De plus, un cadeau, ça fait toujours plaisir." me dis-je à nouveau secrètement. Pourquoi secrètement ? vous dites-vous. Parce que je souhaite faire la surprise.

Cependant, je ne comprends pas le visuel de la publicité pour le collier anti-aboiements. Pourquoi avoir mis une tête de labrador, aussi sympa soit-il ? N'est-ce pas confusant ? La marque ne délivre-t-elle pas un message qui pourrait perdre la clientèle potentielle  ?

N'aurait-il pas été plus efficace et explicite de mettre le collier autour du cou d'une très jolie femme blonde et souriante. Peut-être que la marque n'avait pas les moyens de payer un mannequin. Va savoir.

Je vous laisse. Je dois passer commande avant que ma chérie sorte du bain.


Publié dans actu

Commenter cet article

Medor 08/08/2009 12:45

profites-en pour commander une niche, tu pourras y dormir